Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Maudits Francais
  • Les Maudits Francais
  • : Partagez notre année à Montréal, nos impressions, nos anecdotes, nos photos...
  • Contact

Hall of Fame

Voici les petites phrases insolites dites ou entendues par-ci, par-là...

''Ça pourrait être pire, il pourrait y avoir des cafards !'' (Cédric, le jour de notre emmenagement)

''C'est très chaud mais en même temps c'est très frais...'' (Géraldine)

''Oh toi, tu as la tête de celui qui va bientôt m'annoncer qu'il démissionne'' (Mel, manager Starbucks aux talents divinatoires insoupçonnés, à Cédric)

''Ta blonde, c'est un super pétard !!!'' (Valérie, collègue Starbucks, à Cédric à propos de Gé)

''There is always a third solution...'' (David, collègue Starbucks, après qu'on nous ait demandé de choisir entre une solution A et une solution B pour l'organisation du comptoir)

''Quand tu ne parles pas, tu ne dis rien, et quand tu parles, tu es méchant...'' (Gé à Cé mais, que je rassure tout le monde et surtout Jolie Maman, je suis très gentil avec Gé)

"Ce dont j'ai besoin, c'est de la stabilité dans le changement..." (Alex, amie française)

"Ici, on a ni pétrole ni idée, mais on a de l'humour..." (slogan aperçu dans la vitrine d'une boutique)

"Ce n'est pas facile la vie d'artiste... surtout quand on est loin d'être une vedette !!!" (Yves, collègue)

"Oui mais y'a des légendes qui sont vraies !" (Alex lors d'une discussion sur les légendes urbaines)

"Et bien oui ! Prends Johnny Halliday, c'est une légende et pourtant il est vrai !!!" (Gé tentant, tant bien que mal, de défendre Alex)

"Tout ce qui ne tombe pas avant Noël, tombe après..." (Gaëtan à propos de la neige tant espérée à Montréal)

"Oh mais il tombe de la sloche, on doit être rendu en Mars !!!" (Maggie, une collègue, en plein Janvier alors qu'il tombait de la neige fondue)

"Failure is not an option" (petit mot doux et rassurant sur le mug de mon boss)

"C'est pas fini tant que c'est pas fini..." (la pensée du jour par Rocky Balboa...)

"When the shit hits the fan you can only run..." (commentaire de Kendal, une collègue, à l'annonce d'un gros problème avec le client)

"Parfois, j'aimerai mener la vie d'un écureuil..." (Cédric, sans commentaire)

"Tu sais tu comment dire "ostie d'conne" gentiment ???" (commentaire de Marie Hélène, une collègue qui cherchait ses mots...)

"On fait ce qu'on peut mais pas ce qu'on veut..." (cruel constat de Yves, un collègue désabusé...)

"C'est bien de dormir quand on est très très fatigué..." (Lucas subissant de plein fouet les effets du décalage horaire)

"Tous ensemble à la ligne d'arrivée !!!" (Cédric à ses collègues, Marie-Hélène et Micaline, pour tenir bon jusqu'au bout...)

"On a-tu l'air de valises ???" (Marie-Hélène, une collègue, réalisant qu'on nous a bien pris pour des pigeons)

"On a du fun et on ne se caresse même pas !" (Louis-Philippe, un collègue, commentant ironiquement notre situation actuelle à la job)

"Tu connais-tu la différence entre un bon français et un français ?... non ?... et bien le français retourne en France !" (Marco, un collègue, me motivant pour rester au Québec)

"Ça va mieux, je commence à dégriser" (Marie-Hélène, à 14h, qui confond job et cellule de dégrisement...)

"Mais pourquoi t'as fait ça ???!!!" (Cé à Gé sur le perron constatant son retour à Montréal)

"Dehors le pipi !!!!!" (Charles tentant désespérément de dresser Pikle, son chien...)

"Tu te vendrai pour des paquets de chips !!!" (Micaline à Cé concernant un pari stupide...)

Abécédaire

Voici un petit florilège des termes employés par ceux qui estiment défendre la langue française...
A vous de trouver s'il existe un équivalent en français... ; )

back-staber : v. Être victime d'un coup de cochon en traître ex : J'me suis fais crissement back-staber par cet ostie d'client lo, il a escaladé jusqu'à mon boss pour chialer.

blaster : v. Exploser ex : il va falloir crissement bullshiter le client si nous ne voulons pas nous faire blaster !!!

burn out
: n. m. Dépression, pétage de plomb, craquage de slip... ex : notre fille n'a que 7 ans et elle fait déjà un burn out !!! (copyright Guide de la petite vengeance 2006). Se dit aussi beaucoup en milieu professionnel quand une personne quitte son poste pour une "durée indeterminée" suite à un rush trop stressant, à son incapacité à multi-tasker pour solder son to-do... 

bullshiter: v. Raconter une belle histoire à son client, sa blonde, son cheum, ses parents pour leur cacher la vérité ou du moins l'embellir... ex : J'ai bullshité au client que nous avions un problème informatique pour justifier notre retard...

bypasser : v. Prononcer [baillepasser] contourner, éviter ex : Tu aurais-tu ça, toa lo, un shortcut pour bypasser cet ostie de traffic ???

caller
: v. Synonyme de céduler. ex : Il faudrait qu'on se call un workshop pour travailler sur ce projet, ça d'vient vraiment rushant lo.

canceler
: v. Supprimer un évènement ou un rendez vous. ex : Tabernouche ! J'aurai donc jamais l'temps, ça te pose tu problème si on cancelle notre meeting de 15h ?

céduler : v. Cadencer, planifier un évènement. ex : Ok, on se cédule un call meeting pour en reparler ?

cruiser
: v. Essayer de s'attirer les faveurs (en tout bien tout honneur) d'une autre personne. ex : Et si nous sortions en disco ce soir histoire de cruiser quelques pitounes ? NDLR : Attention !!! Faux ami !!! Ne pas confondre avec croisière même si, souvent, se faire cruiser consiste à se faire mener en bateau... 

faker: v. Faire semblant, simuler ex : Cet ostie d'crosseur a faké d'être malade pour ne pas venir à la job ce matin !

fiter : v. Correspondre, convenir, s'accorder ex : Ce nouveau jean te fite à merveille, ça te fait un super pétard ! 

flasher : v. Utiliser ses clignotants ex : Espèce d'ostie d'cave ! T'aurai-tu pu flasher avant de changer de file ???!!!

flusher : v. Tirer la chasse d'eau, zapper quelqu'un ou quelque chose, peut aussi dire licencier ex : J'étais supposé retrouver ma gang de cheum mais ils m'ont complètement flushé et sont partis sans moi lo...

focusser : v. Se concentrer ex : Et si on se focussait sur ce problème car c'est ultra rushant et c'est en top position sur notre to-do. Attention !!! Faux ami !!! Ne pas croire que focusser signifie faire le faux cul... 

frame : n. m. Carrure ex : Lui lo ? Il est monté sur un frame de chat ! Se dit d'une personne plutôt chétive, pas très musclée. Synonyme : être monté sur un frame de planche à clou. Contraire : il est framé comme un ostie d'ours !!!

frencher : v. Essayer d'embrasser avec autant de classe qu'un français... ex : Ahhhh... hier soir au cinéma, j'ai crissement frenché ma blonde !

fucké : adj. Définition assez variable selon l'humeur, le contexte... Se dit d'une personne, d'un objet, d'une situation. ex : Crisssss !!! Chuis fucké !!! J'ai encore oublié mes clés !!! ou aussi : J'crois bien qu'cet ostie d'char est complètement fucké, veut plus avancer !

job : n.f. Activité réalisée en échange d'une rémunération ex : Cette foutue job va m'rendre fou !

lip sing : n.m. chant en playback ex : Quelle bande d'ostie d'caves à Canadian Idol, ils font tous du lip sing !

mooner: v. Exprimer sa satisfaction ou son mécontentement en montrant ses fesses. ex: Oh l'maudit croceur ! Au deuxième but de Cissé, il m'a mooné en travers la face !

multi-tasker : v. Faire plusieurs choses à la fois avec plus ou moins de talent et de réussite selon les gens. ex : Chuis tellement dans le rush lo que je vais devoir crissement multi-tasker lo !!! 

patcher : v. Synonyme de back-uper. Compenser, dépanner, soutenir. ex : Il est complètement débordé, il est dans le champ lo, faudrait quelqu'un pour le patcher sur sa task lo

printer : v. Action d'imprimer sur un quelconque support tout type de document. ex : tu peux tu donc me printer ta crissss de feuille d'heures ?

randomiser
: v. Tirer au sort, choisir au hasard. ex :

rushant
: adj. Se dit d'une activité, d'une job ou d'une situation générant un stress, une pression particulière. ex : Taberwat !!! Cette fin d'projet est vraiment rushante, faudrait pas qu'on s'fasse fucker par la deadline...

shiner : v. Se mettre en valeur ou du moins essayer ex : Oh cet ostie d'têteux ! Il arrête pas d'shiner devant le boss ! 

slacker : v. Lever le pied, manquer de motivation  ex : C'est l'été lo, j'aurai comme le goût de slacker méchamment. Attention ! Peut aussi vouloir dire licencier.

to-do : n.m. Prononcer [toudou] Liste de tâches à effectuer. ex : Ohhhhh crisssss, le business est tellement rushant lo, que j'm'en sors plus d'mon to-do ! Pour info, lorsqu'on doit multi-tasker, c'est que généralement notre to-do est crissement full. Attention !!! Faux ami !!! Ne pas confondre avec doudou, cette peluche ou autre objet voué à réconforter l'enfant.

toune: n.f. Morceau de musique ou extrait de bruit, c'est selon les goûts... ex : T'as-tu entendu la dernière toune des Cowboys Fringants ? Ostie qu'y sont hot !

Archives

19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 19:52
[ Cet article aurait très bien pu s'intituler "Guide de la petite vengeance"... vous allez comprendre pourquoi... ]

En tant que manager, le respect, ça se mérite et ça s'acquiert, ça passe par un minimum de transparence, d'honnêteté, de reconnaissance... enfin tout plein de trucs qui font qu'il est agréable de travailler ensemble et qu'on se sent valorisé dans son travail...

Comme cela fait plusieurs semaines, en fait depuis l'annonce de la fermeture de l'entreprise et le départ  progressif des employés, qu'on dépanne à droite et à gauche, qu'on écope le navire, qu'on brasse de la maaaarde pour que le business continue de tourner et qu'on ne récolte pas un merci (je ne vous parle même pas d'espérer une prime, ça fait bin longtemps qu'on a fait une croix dessus...), vous comprendrez que quelques-uns sont un peu frustrés (moi le premier...).
Autre chose, à l'annonce de la fermeture, nombreux sont mes collègues qui se sont souciés de ma situation sachant que j'étais icitte avec un visa de travail temporaire, jamais ma boss n'a daigné s'enquérir de ma situation ni de savoir comment ça allait se passer pour moi...

Face à cette faillite managériale, j'ai établi un plan machiavélique...
J'avais (sciemment) oublié de rappeler à ma boss que mon visa expirait vendredi, histoire de lui faire une belle surprise, elle qui comptait sur moi jusqu'à la fermeture de l'entreprise, c'est tellement pratique d'avoir quelqu'un à qui garrocher toute la maaaaarde à faire...
Donc vendredi, quand je suis venu, à la première heure, lui annoncer (avec un ton tout suc' tout miel) qu'il s'agissait de ma dernière journée, elle est tombée de sa chaise, sa mâchoire s'est décrochée et un bras lui en est tombé... Surprise !!!! Elle a tout de même eu le culot de me demander pourquoi je n'avais rien fait pour prolonger mon visa...

Je ne suis pas particulièrement fier de ce manque évident de correction (j'espère que Jolie-Maman ne m'en tiendra pas rigueur...) mais c'est du donnant-donnant et, pour le coup, c'est mérité.
Je suis malheureusement persuadé que ma boss n'a pas capté le message ni compris le pourquoi du comment de mon départ... qu'importe, ça m'a soulagé ! ; )



Voilà, je suis donc désormais en vacances et / ou chômage (ça dépend d'où on se place), présentement, je vois plutôt ça comme des vacances... ; )
Repost 0
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 23:58
C'est à n'y plus rien comprendre ???!!!

Pas plus tard qu'hier (copyright concession à perpétuité PopVince 2000), lors d'une discussion transatlantique, Gé et moi-même arrivions à la conclusion qu'il fallait se résigner à rentrer en France...
En effet, aucune piste concrète dans ma recherche de job icitte, Gé regoûtant aux joies de la vie française et qui se dit que c'est "pas pire"...

Donc ce matin, réveil serein, beaucoup moins de pression puisque nous avions convenu la veille de mettre un terme à notre aventure, plus d'interminable attente à espérer que le cell sonne...

Quand soudain c'est le drame...

Le cell n'a justement pas arrêté de sonner ce matin !!! Pas moins de 3 entrevues de cédulées en l'espace d'une matinée, du jamais vu, dans de bonnes boîtes, pour de bonnes jobs auxquelles mon profil correspond vraiment...
Alors c'est sûr, il n'y a pour autant rien de concret ni aucune piste bien avancée mais cela ne peut définitivement pas n'être qu'un concours de circonstances, si ?

Y'a comme quelqu'un qui s'amuse à souffler le chaud et le froid sur nous ! ; )
Repost 0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 01:07
Il ne reste plus beaucoup de temps avant la fermeture de ma boîte et ça ressemble de plus en plus à un grand n'importe quoi... ça n'a pas d'allure c't'affaire lo !

Avec les premiers rats qui ont quitté le navire et ceux qui ont déjà la tête ailleurs, difficile de maintenir le cap et de continuer à travailler sérieusement...
D'ailleurs l'engagement auprès du client n'est-il pas de maintenir la même qualité de service mais ne l'a-t-on pas déjà perdu ce contrat ? Alors à quoi bon ? C'est en substance ce qui trotte dans la tête de pas mal de monde (et dans la mienne ?...) et ce n'est clairement pas un contexte idéal pour entretenir la motivation on s'entend...

A côté du problème épineux de la motivation se pose celui de la charge de travail ou comment assurer la même job avec deux fois moins de personnel ? Et bien c'est assez simple ma foi : chargez les caves encore présents comme des mulets !!! Pour info, je fais parti des caves encore présents... ; )
On multi-taske à foison, on occupe trois postes en même temps, on tente le dédoublement (en vain) et on court partout pour rien puisque, je le répète, le contrat est d'ores et déjà perdu, enfoui sous 6 pieds de terre...
Je me suis donc découvert de nouveaux talents puisque je suis désormais, entres autres, Inspecteur Qualité, mais c'est que ça va faire une belle ligne de plus à mon CV c't'affaire lo ! ; )

La job, ce n'est plus vraiment Dallas (même si les coups de cochons et autres trahisons ont encore cours...) mais cela ressemble de plus en plus à Highlander,  sauf qu'il faut absolument éviter d'être le dernier survivant ! ; )



Un seul objectif : crisser son camp avant qu'il ne soit trop tard et qu'on me demande finalement de vider les cendriers, d'arroser les plantes et de déboucher les chiottes... ça, ça motive bin raide pour trouver une autre job, non ?

En tout cas, c'est bin l'fun d'assister à l'effondrement de son entreprise en tant qu'acteur, spectateur et intermittent du spectacle...
Repost 0
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 02:20


Votre série Dallas se poursuit... et je sais que vous étiez nombreux à attendre ce nouvel épisode ! ; )

Une semaine après l'annonce de la prochaine liquidation de l'entreprise, on y voit beaucoup moins clair, l'intrigue s'est étoffée, les rumeurs vont bon train, les premiers règlements de compte ont eu lieu, les coups de cochon et autre backstabages (voir l'abécédaire ci-contre...) se préparent en coulisses... ; )

Il s'agit de bien choisir ses amis et de bien checker le sens du vent en cette période tumultueuse où les alliances (et les trahisons) se font très vite...

Tous les ingrédients sont là pour en faire une bonne série américaine, ça me prendrait de quoi filmer car ça devient vraiment intéressant tout ce qui se passe actuellement.
Je me prends à observer les différentes réactions de mes collègues... C'est assez impressionnant la faculté qu'ont certains à tout mettre en oeuvre, avec une belle hypocrisie et un talent certain pour la politique, pour sortir leur épingle du jeu, une forme moderne de l'instinct de survie appliqué au monde du travail... ; )

Quant à moi, dans ce grand chamboule-tout, mes chances de figurer dans le dernier épisode de la série sont assez faibles à mon sens...
J'ai comme la vague impression que les scénaristes ne m'ont pas écrit un grand rôle, à peine quelques répliques, pas assez en tout cas pour que le public s'attache à mon personnage... Tant et si bien que je suis déjà à la recherche d'autres rôles, une chose est sure: je ne veux plus faire dans les westerns ! ; )
Repost 0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 01:34


[Pour des raisons évidentes de confidentialité mais aussi et surtout parce que je veux conserver ma job encore quelques temps, les noms des personnages ont été volontairement masqués dans l'histoire que vous allez lire ; ) ]

Je crois que nous avons tous quelqu'un qui, à un moment ou un autre dans notre difficile apprentissage de la vie, nous a bien dit de ne pas mettre tous nos oeufs dans le même panier... (à noter toutefois que s'il s'agit de votre banquier, méfiez vous !)

Malheureusement, cette théorie pleine de bon sens n'est pas toujours appliquée, notamment dans le monde de l'entreprise...
Rien ne vaut une bonne étude de cas comme on en voit à la pelle en cours d'économie...
Une petite entreprise signe un contrat juteux avec un énorme monstre industriel, jusque là, tout va bien me diriez vous... le hic, c'est qu'il s'agit là de son seul et unique client, là, vous en conviendrez, les choses se compliquent... l'activité avec ce client est telle qu'elle accapare toutes les ressources de l'entreprise... ayant atteint sa taille critique, il faut alors envisager d'investir et de recruter pour éventuellement permettre le développement de l'entreprise et démarcher d'autres clients, disons que cette option n'a pas été envisagée ou du moins vite écartée pour plutôt espérer une augmentation de la productivité de ses employés de 300 % et / ou l'apparition de différents dons jusque-là cachés (ubicuité, déplacements à la vitesse de la lumière, omniscience, magie, filiation avec Nostradamus...).

A la vue de ces différents éléments, quelle est votre première analyse ?... Y'a comme quelque chose qui ne va pas ou du moins un risque potentiel non négligeable... Excellente réponse ! Et pouvez-vous me dire pourquoi ?... C'est bien simple, cette entreprise s'est aliénée à son client car il constitue sa seule source de revenu et elle n'a présentement pas d'autre alternative... Bingo !

Autre question, qu'arriverait-il si le client décidait, un beau jour, de renégocier le contrat et / ou de le rompre ?... L'entreprise n'aurait pas le choix que d'accepter les conditions imposées par son client ou de fermer boutique... Parfait en tous points ! ; )

Est-ce que certains voient ou je veux en venir ?...

Non ?...

Et bien, c'est une manière empreinte d'auto-dérision que de vous annoncer que ma très chère entreprise stoppera toute activité d'ici à Septembre... par ricochet, vous pouvez facilement en déduire que j'aurai d'ici là perdu ma job... en conclusion, vous pouvez sérieusement mettre en doute le fait que Gé et moi restions au Québec au delà ce cette échéance...

Les évènements sont encore très frais et les impacts sur notre séjour à Montréal encore mal définis, quoiqu'il en soit, il y aura assurément une suite à cet article ! ; )
Repost 0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 00:16
C'est avec un plaisir non dissimulé (et sans cesse renouvelé) que j'ai découvert les joies du "volontariat obligatoire"...

Pour des raisons évidentes de ressources limitées (à la fois en personnel mais aussi en temps) et parce que ma boss n'a pas encore trouvé le moyen pour cloner ses employés ni de distendre l'espace temps, on s'est vu proposer (j'insiste bien sur le terme "proposer" car il prend ici tout son sens le plus caché...) de venir travailler demain... demain... demain... samedi, tu veux dire ??? ça tombe très bien, je n'avais rien prévu et me reposer les fins de semaine, je ne supporte pas ça ! Alors si je peux m'occuper à compter des boulons, c'est parfait !!! ; )

Disons qu'en tant que responsable du projet (que ça a du bon d'être responsable !!!), mon nom était inscrit de facto sur la liste des volontaires pour passer une journée au bagne pour finir ce qu'ils appellent icitte un travail de moine... autant dire un truc ultra fastidieux, qui prend un maximum de temps, qui monopolise un minimum les neurones et qui rend fou après 1h sauf que ça prend la journée entière... tout un programme !!! On va se régaler !!! ; )

J'ai osé demandé si nous aurions le droit à un jour de récup'... un grand moment de solitude s'en est suivi... je n'ai pas insisté davantage...

Il était question d'aller au ski avec Lucie & Gaëtan et Caroline & Stéphane mais au moins comme ça, la question est réglée ! Et puis, j'y réfléchissais, venir travailler le samedi, cela a quelques avantages non négligeables...
- aucun risque d'être pogné dans le trafic... à 7h du mat', je suis assuré que la 40 sera bin fluide !
- quel plaisir de retrouver ses collègues en dehors du contexte du travail... sauf quand il s'agit de travailler... arrrfff !!!
- on peut se rendre au travail habillé de manière décontractée.
- on n'est pas triste quand le week end est fini car on n'a même pas réalisé qu'on en avait eu un ! ; )
- on passe une journée au travail sans être perturbé par les appels des clients qui, eux, font un break
- le lunch du midi est offert par la boss mais (car il y a toujours un "mais") à condition de manger en 15mn car faut pas oublier de finir impérativement la job  !

Voilà, je voulais juste vous faire partager ma joie !!! ; )
Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 00:51
J'ai eu comme une révélation, un de ces flashs qui fait que soudain tout s'éclaire dans l'obscurité... Le trajet en woature pour me rendre au bureau est toujours pour moi l'occasion de 1) finir de me réveiller 2) profiter du confort de conduite tout relatif de la Toyota Echo 3) essayer de réfléchir à ma future journée de travail et d'identifier les tuiles qui pourraient me tomber sur le museau... Et c'est à ce moment là, à un feu rouge en descendant la rue Papineau, devant le Tim Hortons, que j'ai eu cet éclair de lucidité ! ; )

J'ai réalisé que cette job me faisait développer de nouveaux talents jusque là insoupçonnés en moi... Là, vous sentez le piège... ; ) En effet, le parallèle entre ma job et le cirque est évident maintenant pour moi ! (c'est le flash dont je vous parlais...).

Tout d'abord, c'est beaucoup de magie, ou comment trouver des pièces sur un marché déjà over saturé avec des délais de plus d'un an ??? Y'a pas pantoute de pièce disponible sur le marché mais faut quand même en trouver pour la semaine prochaine... d'où problème... d'où magie et, faute de lapin, sortie de boulons de mon chapeau haut de forme !!! ; )

C'est aussi un sacré numéro de jonglage... ou comment arriver à faire 15 choses en même temps, gérer un nombre indéfini (mais tendant vers l'infini) de priorités, essayer d'anticiper sur les prochaines galères, répondre au téléphone tout en écrivant 3 mails simultanément... forcément y'a des trucs qui échappent à terre... c'est d'autant plus gênant quand on jongle avec des torches enflammées... quand on en laisse tomber une, la bâtisse entière prend feu, les gens courent partout, ça crit, ça hurle et, plutôt que d'appeler le 911, ils composent mon numéro de cell... ostie ! ; )

Quand la magie n'opère plus face au client et que l'épais nuage de fumée (le bullshitage) s'est évanoui, ça se transforme rapidement en dressage de fauves mais avec des moyens beaucoup plus limités... disons qu'en guise de fouet, je suis souvent plutôt équipé d'un vieux lacet tout rabougri... alors forcément, les fauves, ils n'ont pas trop peur, ils leur arrivent de s'approcher d'un peu trop près et de donner de sacrés coups de griffes... pas de souci, j'adore les animaux et je cicatrise vite ! ; )

Et le clou du pestacle ! Le lanceur de poignards ! Le mieux, c'est avec une cible humaine... moi ? ; ) Depuis quelque temps, ce ne sont plus vraiment des poignards qui me sont lancés mais plutôt des hâches... pas faciles à éviter quand on est ligoté à la cible...

Tout ça pour dire que c'est bin l'fun en ce moment au travail, ça devient du sport !!! Je suis devenu aussi hyperactif que notre Bob quand il a trouvé un bout d'pain à ronger... Alors j'me répète que "chuis fort, chuis capab' et j'vais y arriver !!!" ; )

Quoiqu'il en soit, faire le lien entre ma job et le cirque m'a donné un peu de baume au coeur car, en effet, je fais enfin ce que j'aurai dû toujours faire : le clown ! Mais pas le clown triste, l'autre, l'Auguste, le farceur, celui qui rigole tout le temps et qui est heureux comme tout !
Repost 0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 01:02

Petit focus sur la job (arrfff !!! j'commence à parler comme eux lo...) puisque les choses se sont quelques peu accélérer depuis 2 jours façon supersonique avec les turbulences à 5000 pieds en prime...

Comme j'ai eu l'air de vaguement me débrouiller avec ma formation express à l'arrache, ma boss a trouvé judicieux d'en rajouter rien qu'un peu concernant mon champ d'intervention... Et je me suis vu refiler la patate chaude de l'entreprise pour ne pas dire le bâton merdeux si je puis m'exprimer ainsi...

Et ceci explique le titre de mon post à savoir que "passer un sapin" n'a rien à voir avec "passer un savon" mais qu'en fait un sapin étant assez volumineux et relativement difficile à ranger dans sa poche, "passer un sapin" consiste à refiler à son voisin une tâche, un problème, une galère avec lesquels il va sans doute avec au moins tout autant de mal que soi...

Et là, en l'occurrence, on m'a refilé une forêt entière !!! Même topo (ils doivent penser que je n'aime pas perdre mon temps en formation...), une formation de 2h montre en main pour m'expliquer tous les tenants et les aboutissants, les fichiers, les rapports, les interlocuteurs, les enjeux, les points critiques... C'est un peu comme si on vous mettait dans une voiture filant à toute blinde juste avant l'impacte avec le mur : c'est trop tard pour faire quoique ce soit mais, de toutes façons, on ne t'a pas appris à conduire et ce sera à toi de te prendre le mur (la meilleure partie d'la job !) et d'expliquer pourquoi tu allais si vite en direction du mur... Drôle de job, non ?

A peine 2h après avoir repris l'affaire, je me suis fait pourrir par mon nouvel interlocuteur sur le pourquoi du comment c'était la catastrophe et qu'est-ce que je comptais faire là tout de suite maintenant pour le sauver... Je dois vous avouer que je me suis senti un peu c.. et que je n'avais pas grand'chose à lui répondre si ce n'est un "ne t'en fais pas, je travaille fort dessus et je reviens vers toi dès que j'ai davantage d'info..." à peine convaincu... ; )

J'adore ma job ! ; )

Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 01:30

Ai repris le travail hier mais, semaine de reprise pour tout le monde oblige, c'est assez calme. Et ce n'est pas plus mal ma foi, cela me permet de reprendre pied gentiment, de traiter la file de mails qui se sont accumulés en mon absence et de retrouver mes repères dans cette job que je ne maîtrise pas encore.

Point positif : les psychopathes névrosés déprimés (et déprimant) qui me servent de clients semblent avoir passé de bonnes fêtes et ont l'air un peu plus en apport, on va peut être (enfin !) travaillé ensemble de manière civilisée ! Il était temps ! A moins que leur état léthargique actuel ne soit dû à une mauvaise cuite (mais, quand même, depuis le Nouvel An, j'ose espérer qu'ils soient rétablis...).

Quoiqu'il en soit la reprise s'est bien passée, les choses n'ont pas trop bougé en mon absence si ce n'est les décorations de Noël qui ont disparu de notre open space (arrrfff !!!) et il faut vite remettre le pied à l'étrier et attaquer fort 2007... Ai-je pris un ton assez convaincant ? ; )

Autre grosse info de la journée, cela faisait parti de mon to-do à mon retour de vacances et c'était même positionné au top de la liste, j'ai enfin profité des soldes pour investir (car il s'agit bien là d'un investissement voire même d'un placement spéculatif tant il fait encore bon) dans un bon gros manteau d'hiver... avec lequel je pourrai même me rendre dans les Vosges car il est à mi-chemin entre la peau de bêêêêête et la cote de maille... Godgiven appréciera ! ; ) C'est sûr qu'une fois avec ça sur le dos, je suis difficilement identifiable, je triple de volume, j'ai la mobilité et l'aisance d'un bibendum et je me déplace tel un culbuto mais l'essentiel est ailleurs, il s'agit avant tout de confort !!! ; )

Repost 0
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 15:20

Juste un petit mot sur notre soirée un peu particulière d'hier soir...

C'était le party (oui, ici, c'est masculin...) de Noël organisé par la boîte dans un hôtel, employés et conjoints étaient donc conviés pour un dîner festif sous le thème de l'été... malheureusement, j'avais oublié mes gogounes (mes tatanes ou claquettes en phonétique québécwé...) et mon maillot de bain...

C'était surtout l'occasion, pour moi, de découvrir mes collègues hors contexte de travail et, pour Gé, de faire connaissance avec ceux qui constituent désormais mon quotidien et de mettre enfin des visages sur les prénoms.

Le dîner a été ponctué de quelques projections de montages photos des employés... plus ou moins à leur avantage... ; ) Un collègue avait écumé tout au long de la semaine les bureaux pour photographier les gens par surprise... ensuite un coup de Photoshop (n'est-ce pas Lucas ?) et hop, le tour est joué !

Nous avons même eu le droit à une distribution de cadeaux par tirage au sort... A l'appel de mon nom, Gé m'a dit "Prends le plus gros paquet !!!" alors je me suis exécuté et j'ai ramené dans mes filets... un panier en osier rempli de petits pots de confiture... Bingo !!!

Pour ajouter à la fête, le bar de l'hôtel diffusait le derby de hockey Montréal - Toronto et le Canadien a finalement gagné 4-3 alors la gang de hockeyeurs de la boîte avait une raison supplémentaire (comme s'ils en avaient eu besoin ; ) ) pour faire la fête !

Je me suis attiré la sympathie de quelques collègues en distribuant mes tickets de boisson au moment de partir... Quel fin stratège ! ; )

Repost 0